Et si la clef du bonheur résidait dans nos gènes ?

0

Vous êtes grincheux, vous vous sentez d’humeur bougonne, et si cela n’était pas dû au froid de l’hiver ni aux tracasseries du quotidien ? La clef du bonheur pourrait bien se situer dans nos gènes selon une étude bulgare et hongkongaise.

On a bien du mal à répondre à l’épineuse question : qu’est-ce qui fait le bonheur ? La situation professionnelle ou amoureuse ? La réussite ? La santé ? Non, il s’agirait en fait d’un élément génétique qui diffère selon les populations. Voici donc pourquoi les Mexicains sont nettement plus heureux que les Chinois.

Le bonheur serait-il génétique ?

Des chercheurs de l’université de la Varna University of Management en Bulgarie et de l’université Polytechnique de Hong Kong ont mené une étude sur le niveau de bonheur des habitants de différents pays du monde. Les résultats de leur étude indiquent que le niveau de bonheur dépend de la génétique. Si certaines populations sont « génétiquement » plus heureuses, ce serait parce qu’elles bénéficient d’une plus grande prévalence d’un « allèle A », un variant génétique qui empêche la dégradation de l’anandamide. L’anandamide est un neurotransmetteur présent dans l’organisme et notamment dans le cerveau (mais aussi dans le cacao), qui augmente les plaisirs sensoriels tout en diminuant la douleur.

loading...

Le bonheur ne dépendrait donc pas des facteurs socio-économiques, de sécurité, etc. comme l’explique le professeur Michael Minkov de l’université de  Varna en Bulgarie : « Se sentir heureux, détendu et de bonne humeur ne dépend donc pas de la prospérité et de la sécurité d’un pays« . « En fait, la corrélation entre bonheur et sécurité semble même être inverse. Les plus forts taux de meurtres et de vols dans le monde se trouvent dans le nord de l’Amérique latine et en Afrique subsaharienne; or c’est là précisément que l’on trouve les gens les plus heureux et les plus détendus« .

Quelles sont les populations les plus heureuses ?

D’après les résultats de l’étude, les pays où les habitants seraient les plus heureux sont : le Ghana, le Nigeria, le Mexique ou encore la Colombie. En Europe, les Suédois qui ont une forte prévalence d’allèle A se sentent généralement très heureux, les Français ne se portent pas si mal mais les Italiens et les Espagnols, affichant une faible prévalence d’allèle A, ne se disent pas très heureux.

Les populations les moins heureuses résideraient en Chine, en Thaïlande, en Algérie, en Irak ou encore en Jordanie.

Commentaires

commentaires