Peur du changement : 3 enseignements à tirer du conflit Uber contre taxis

1

Peur du changement ?  Décidément « l’affaire UBER » met en lumière beaucoup de choses…

Que nous révèle le phénomène Uber au delà de la transformation, que dis-je, de la révolution, non pas industrielle mais numérique, que nous sommes en train de vivre ? Cette révolution a un impact profond sur le changement des usages. La crise actuelle des taxis est une parfaite illustration de la peur du changement.

Il ne s’agit évidemment pas de se livrer à un énième réquisitoire contre les taxis mais de mettre en exergue un fait divers d’actualité et, en trois points, d’en faire un parallèle avec les principales dynamiques du changement des individus.

Face au changement, les individus sont mal à l’aise et inquiets.

C’est le moins que l’on puisse dire lorsque l’on voit la réaction des taxis qui manifestent pour certains leur inquiétude par la violence et pour la majorité d’entre eux par des manifestations de blocages de routes, opérations escargot et autres recettes d’un autre temps qui n’auront d’ailleurs pour effet que l’inverse de celui escompté !

Face au changement, les individus pensent d’abord à ce qu’ils vont perdre.

Un grand classique, d’autant plus présent dans les situations de monopole. Chacun reste bien campé sur ses acquis.

« On a toujours fait comme ça, pourquoi changer ? »

« On ne change pas une équipe qui gagne »

Le cas des taxis est flagrant.

Toute personne ayant déjà pris le taxi plus d’une fois dans sa vie peut mettre en avant un certain nombre de raisons d’insatisfactions : disponibilité, moyens de paiement, amabilité, indifférence, etc.

Et pourtant, dans de nombreux cas, les changements et les évolutions sont prévisibles et peuvent être anticipés. On ne pense pas spontanément à ce que le changement peut apporter. Comment en profiter pour s’adapter, s’améliorer et s’enrichir ?

Les individus sont à des niveaux d’acceptation différents du changement.

Alors que certains vont faire preuve d’imagination et d’innovation, d’autres vont être KO debout, rejeter et s’opposer catégoriquement au changement.

Face à la « menace », il existe plusieurs cas de sociétés concurrentes qui ont osé travailler ensemble pour se sauver. Prenons l’exemple de Skyteam qui regroupe une vingtaine de compagnies aériennes concurrentes mais qui mettent en commun un programme de fidélisation clients. Alors, à quand un « Taxiteam » ?

Au delà des entreprises qui, quels que soient leur secteur d’activité, leur taille, doivent remettre en questions leur business model tous les 5 ans au risque d’être « Ubersiées », chaque individu est confronté, dans sa vie professionnelle et dans sa vie personnelle, à des changements radicaux qui nécessitent remises en questions et adaptations. Les trois points abordés dans l’exemple du conflit des taxis doivent être complétés pour les individus qui, aussi, face au changent :

  • se sentent seuls même si tous vivent le même changement,
  • ne peuvent supporter trop de changement en même temps,
  • pensent ne pas avoir assez de ressources,
  • reviennent toujours à leurs anciennes habitudes.

A méditer.

« Ancien libraire, ancien boucher, ancien coiffeur, ça ne veut rien dire : être un ancien quelque chose, c’est forcément devenir un nouveau quelqu’un ! » Daniel Pennac.

« Le monde déteste le changement, c’est pourtant la seule chose qui lui a permis de progresser. ». Charles F. Kettering

« Le serpent qui ne peut changer de peau, meurt. Il en va de même des esprits que l’on empêche de changer d’opinion : ils cessent d’être esprit. ». Friedrich Nietzshe

(photo : Pixabay)

Un commentaire

  1. Pingback: Peur du changement : 3 enseignements à t...

Leave A Reply